Nous avons interviewé Fabián Gumucio, directeur de Rakuten Kobo en Espagne

- - Tech

Les livres électroniques occupent une place de plus en plus importante dans notre vie quotidienne, bien qu’en Espagne la part de marché de ce type de livre soit d’environ 5%, il est vrai que sur d’autres marchés comme les États-Unis et le Royaume-Uni, les livres électroniques constituent une part très importante du marché.. Nous avons eu le plaisir d’interviewer Fabian Gumucio, le responsable de Rakuten Kobo en Europe qui était dans notre pays dans le cadre des activités de la Coupe Davis par Rakuten organisée ces jours-ci. L’entretien que nous avons eu avec Fabián a été enrichissant, c’était notre interview, ne la manquez pas.

Nous sommes dans le Lounge de la Caja Mágica, le terrain de tennis emblématique de Madrid qui dispose d’une technologie unique de toit rétractable. C’est ici que Fabian nous a gentiment invités à discuter de manière détendue du présent et de l’avenir des livres électroniques, en particulier comment Rakuten Kobo va relever les nouveaux défis du marché et comment elle prévoit de consolider sa base d’utilisateurs.

P- Nous commençons par une question qui est presque obligatoire : Vous envisagez de travailler sur une interface pour vos livres électroniques qui ait un rapport avec Android ?

R- Oui et non. L’interface que nous avons est basée sur la technologie Android. Si la question est de savoir si nous envisageons d’intégrer une interface Android plus proche d’une tablette, la réponse est non.

Q- Aucune fonctionnalité au-delà de celles qui existent actuellement ? Celles-ci sont clairement axées sur la consommation de contenu, notamment de livres.

R- Notre vie est une lecture, nous visons uniquement à offrir à nos utilisateurs une expérience de lecture optimale. Ces appareils sont faits pour la lecture, maintenant nous commençons avec la possibilité d’écouter, et Pour cela, nous tirons parti de notre application, disponible à la fois sous iOS et sous Android.

P- Compte tenu de votre priorité sur la lecture, et au vu du binôme actuel Amazon Kindle – Rakuten Kobo présent sur les marchés… comment évaluez-vous l’entrée récente de Kobo Rakuten sur le marché du livre électronique, compte tenu de sa politique de prix et de produits ?

R- Nous n’avons pas l’habitude de commenter les produits concurrents, je vais juste vous dire que nous nous en fichons.

Si la question est de savoir si nous envisageons d’intégrer une interface Android plus proche d’une tablette, la réponse est non.

P– Face à la concurrence, il est vrai qu’il y a des pays comme le Royaume-Uni et les États-Unis d’Amérique où la culture du livre électronique est beaucoup plus ancrée qu’en Espagne. En effet, dans ces pays, 30 % des livres vendus sont au format électronique, alors qu’en Espagne, ce chiffre n’est que de 5 %… Kobo a-t-il Rakuten pour faire un geste qui attirera le public espagnol si réticent à cette technologie ?

R- Nous ne pensons pas que ce soit un problème pour le public espagnol. Le problème est plutôt que dans des pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni, ils ont eu la possibilité d’essayer le livre en format électronique pour des prix vraiment bas. Ce n’est pas le cas en Europe en raison de la législation européenne sur les prix fixes. Aux États-Unis, nous constatons une grande différence entre le prix des livres électroniques et celui des livres physiques. La similitude entre le prix des livres électroniques et celui des livres papier en Europe rend le public plus réticent à essayer ce nouveau format. C’est pourquoi il est très important que les gens donnent une chance au livre électronique. Par exemple, selon notre analyse, 80 % des nouveaux utilisateurs de Kobo sont satisfaits de l’achat et apprécient le changement de manière positive.

Cela ne signifie pas que nos utilisateurs abandonneront le format papier, en fait nous ne voulons pas que cela se produise. En fait, 70% de nos clients consomment encore des livres en papier, ce qui encourage la consommation de livres en général.

P- Par conséquent, le livre électronique encourage la consommation de livres en général, tant en format papier qu’électronique.

R- C’est vrai, les gens qui passent au numérique achètent des livres électroniques, mais bizarrement, ils achètent plus de livres sur papier qu’avant d’essayer le format électronique. C’est de cela qu’il s’agit, nous voulons que les gens lisent davantage.

P- Et en changeant le troisième, ne trouvez-vous pas curieux que l’utilisateur demande des ebooks de plus en plus gros ? Cela se passe de la même manière qu’avec la taille des smartphones et des tablettes. Des formats qui ne ressemblent même plus à un livre, au-delà de six pouces, sont adoptés.

R- C’est vrai, en fait ce que j’ignore, c’est pourquoi au départ ils ne produisaient que des six pouces. Cela semble avoir plus à voir avec : La similitude avec le livre de poche et le fait qu’il n’y ait qu’un seul fournisseur d’écrans d’encre électroniques. Nous avons commencé à fabriquer des écrans plus grands parce que les clients le demandaient, nous sommes allés sur 6.8″ avec l’Aura HD et ce fut un tel succès que nous y travaillons encore. Nous avons ensuite lancé Aura One sur 7.8″, mais leLes gens en demandaient toujours plus, ils voulaient un écran plus grand parce qu’ils ne voulaient pas tourner autant de pages, c’est alors que nous avons obtenu un modèle de 8″ qui comprend des boutons, pour que vous puissiez lire d’une main plus facilement. Ce qui est bien, c’est que nous avons réussi à faire un très grand écran tout en maintenant le prix en dessous de 200 grammes.

C’est de cela qu’il s’agit, nous voulons que les gens lisent davantage.

P- On parle de plus en plus du fait que l’e-book pourrait entrer dans le secteur de l’éducation ; par exemple, Sony et son portable de plus de 11 pouces, Rakuten Kobo a-t-il quelque chose de ce genre en tête ?

R- Nous avons toujours un œil sur la concurrence, et en plus, nos propres utilisateurs nous demandent souvent de pouvoir annoter avec des éléments comme le stylet. Le secteur de l’éducation et les consommateurs eux-mêmes sont toujours un point de référence pour nous, cependant, ce type de produit est encore trop cher pour la mise en œuvre de cette technologie, et bien que ce type de produit soit dans les pensées de Rakuten Kobo depuis un certain temps, nous ne le trouvons toujours pas assez attrayant pour les utilisateurs de le lancer sur le marché.

P- L’une de ses dernières et plus grandes réalisations est le Kobo Libra, Vous êtes-vous bien positionné dans les statistiques de vente de Rakuten Kobo ?

R- Le public a très bien réagi à Kobo Libra, cela nous a permis d’augmenter le prix moyen de l’appareil et il a également reçu une bonne acceptation de la part du public. De plus, la sortie d’un modèle blanc a beaucoup aidé, il a son succès et se vend beaucoup mieux que prévu.

P- Et enfin, je ne peux pas laisser de côté la question de l’importante rivalité entre Amazon Kindle et Rakuten Kobo concernant les différents magasins, Kobo Rakuten a-t-il des projets pour lutter contre la concurrence ?

R- Il est en fait difficile d’en parler, car il n’y a pas de données réelles. Il ne fait aucun doute que l’Amazonie est bien positionnée. Si nous parlons de l’Espagne, il ne fait aucun doute que l’Amazonie est toujours numéro un en termes de contenu, mais cela change beaucoup d’un pays à l’autre, mais l’important est que les gens relisent. Notre concurrence n’est pas Amazon, notre concurrence est Netflix, DAZN, HBO… nous nous battons pour que les gens consomment des contenus de qualité et sains, idéalement les gens devraient lire davantage. Nous pensons que la lecture est un bienfait pour le monde et nous voulons que les gens lisent. C’est pourquoi nous construisons un écosystème et une expérience de lecture optimale partout où, cependant, et même sur n’importe quel appareil, nous avons notre application et nos livres électroniques. Je vous rappelle que Kobo a été le premier à intégrer la lumière en 2012, à monter des écrans plus grands en 2014 et le premier à fabriquer des appareils étanches. Kobo vise toujours à améliorer l’expérience de l’utilisateur, par exemple avec les livres audio, qui rendent le produit plus accessible à tous.

C’est une expérience enrichissante de parler à un expert comme Fabian Gumucio qui indique clairement l’adresse du livre électronique.

Tags:
Avatar

Maureen